• Tilos-Chalki

    TILOS, la paisible
                                                       par René  
    Cliquez sur les photos pour les agrandir

    Tilos-Chalki

    Vent NW 3-4 beaufort. Près serré . Le temps idéal pour tester notre nouvelle trinquette de 30m2 ainsi que le nouveau gréement dormant.
    35 nm pour rejoindre l’île de Tilos. Super, même si un bas-hauban nous oblige, selon l’allure, à quelque manipulation.

    Tilos-Chalki 

     Tilos ne fera pas partie du film, le scénario étant déjà bouclé. Pourtant, Tilos a beaucoup de charme avec la grande baie de Livadhia et son superbe front de mer dallé, fleuri séparant la baie de jolies petites pensions et appartements.
    C’est vraiment très agréable.

    Tilos-Chalki

    Tilos-Chalki Tilos-Chalki

    Il semble y avoir encore plus de chats ici que sur les autres îles grecques. Un matin, nous trouvons un passager clandestin en train de piquer le roupillon du siècle sur nos beaux coussins. Nous avons eu beaucoup de mal à le dissuader de ne pas poursuivre avec nous notre périple en mer Egée..

    Tilos-Chalki Tilos-Chalki

    On vient à Tilos pour se ressourcer, pour profiter de superbes plages comme celle de Eristou ou de Lethra où il n’y a  jamais foule. Vous pourrez même trouver bien d’autres beaux endroits où vous pourrez vous baigner  en imaginant que vous êtes seul au monde en jouant au Robinson…

    Tilos-Chalki

    Tilos est réputée pour ses randonnées. Comme nous aimons cela, nous chaussons nos bottines de 7 lieues. Pour épargner quelques euros, nous faisons l’impasse sur la carte topographique. Je copie en vitesse un croquis très, mais alors très rustique. Déjà, on sent arriver l’embrouille…

    Tilos-Chalki Tilos-Chalki

    Tilos-Chalki

    La balade est superbe et aussi vallonnée que dans les Ardennes luxembourgeoises. Petite halte baignade à la plage de Lethra où nous croisons un anglais que nous n’aurions pas dû écouter mais mon croquis est tellement mauvais que nous décidons de l’écouter. Il nous dit que pour rejoindre le village de Microchorio, c’est « trough the canyon ».
    Sacrebleu !
    Nous apprendrons plus tard que ce n’était pas « trough the canyon » mais bien « along the canyon ». Autant vous dire qu’on l’a maudit ce british !
    Epuisés mais avec les chevilles en plus ou moins bon état nous arrivons exténués à Microchorio où nous imaginions une bière glacée couler dans notre gosier.
    Seulement voilà, Microchorio est un village fantôme, un village abandonné !
    Pas de bière, on boira l’eau tiède nos gourdes !
    N’empêche, le panorama est saisissant.

    Tilos-Chalki Tilos-Chalki

    Tilos-Chalki

    Fini la marche. Le lendemain, nous enfourchons un scooter pour un tour de l’île. Megalochorio est habité, c’est la « capitale ». Il y même un musée de l’éléphant. En effet, des archéologues ont trouvé sur Tilos pas moins de 8.000 ossements appartenant à une quarantaine d’éléphants nains. Par quel miracle sont-ils arrivés sur une île il y a bien longtemps ?
    En nageant ? On suppose que le niveau de la mer était bien différent à cette époque.
    Tilos-Chalki

    Tilos possède de nombreuses tours de guet d’où l’on pouvait signaler à Rhodes l’approche d’un ennemi .Tout au Nord de l’île se trouve le très joli petit monastère « Panteleimon » avec de très belles fresques ornant la chapelle.

    Tilos-Chalki Tilos-Chalki


    Nous laissons passer une journée de vent fort avant de quitter ce havre paisible et charmant pour une petite navigation de 20 nm vers…

    KHALKI, la petite Symi
     Cliquez sur les photos pour les agrandir

    Tilos-Chalki

     
    C’est très, très joli. La plupart des maisons ont été rénovées et nous avons l’impression d’être à Symi.  Même chatoiement de couleurs, mêmes maisons polychromes. Toutefois, la ressemblance s’arrête là.

    Tilos-Chalki

    En effet, il semble y avoir plus de touristes que de locaux et plus de locations que de maisons habitées à l’année.
    Ce qui donne à ce village remarquable un air un peu factice. On dirait presque un village de vacances.
    Et les prix pratiqués s’en ressentent…