• RHODES, L'ILE MYTHIQUE

                                                   Par Sabine

    Cliquez sur les photos pour les agrandir.

    Rhodes est un mythe ! Aussitôt prononcé, le nom de cette île évoque le colosse, la mythologie grecque, la civilisation byzantine, les chevaliers,……

     

    Et de fait, pour entrer dans le mythe, il suffit de franchir une des onze grandes portes de la ville fortifiée, de s’égarer dans les venelles étroites, de se tordre les pieds sur les pavés d’époque, de lever la tête vers les arches qui enjambent les ruelles, d’admirer des bâtiments gothiques, les mosquées ottomanes et les églises byzantines, de  déboucher sur une petite place animée. Nous ressentons immédiatement toute la puissance des chevaliers de l’ordre de Saint-Jean qui ont régné ici. Nous imaginons sans peine la vie médiévale et percevons l’influence des différentes civilisations qui se sont croisées à Rhodes, un mélange d’orient et d’occident envoûtant !

     

     

     Habitée dès la préhistoire, l’île connut un essor particulier au IVe s. av. J.-C., quand fut dressé le fameux colosse à l’entrée du port. Elle vit passer ensuite plusieurs conquérants, Perses, Arabes, Sarrasins. En 1309, ce sont les chevaliers de Saint-Jean qui s’installèrent dans le château et qui dressèrent une fortification unique en Europe. L’île resta leur quartier général jusqu’en 1522, elle tomba ensuite aux mains des Turcs après des combats acharnés. En 1912, elle passa aux Italiens et fut rattachée en 1948 à la Grèce, avec le reste du Dodécanèse.

    Mais revenons à la ville de Rhodes. Pour éviter la foule, nous visitons aux premières heures de la matinée le musée archéologique qui met superbement en valeur des objets, des sculptures et des mosaïques de l’époque archaïque à l’époque romaine découverts dans l’île et dans les îles voisines.

     

     Nous continuons notre parcours historique par la visite du Palais du Grand Maître, le « Kastello » comme on l’appelle ici. Il est très représentatif des idées de grandeurs des Chevaliers de Saint-Jean, qui ont également leur rue, « la rue des chevaliers » bordée d’ auberges au nom des différents groupes nationaux composant l’ordre des chevaliers : l’auberge française, l’auberge italienne, l’auberge de Provence.

     

     Nous avons parcouru plusieurs fois les ruelles de la vieille ville, nous nous sommes perdus plus d’une fois, avons découvert chaque fois de nouveaux petits bijoux architecturaux, un nombre impressionnant d’églises, des mosquées et leur minaret. Et finalement, écrasés par la chaleur, les mollets en feu et le gosier sec nous sommes montés dans la Tour de l’horloge pour avoir une vue d’ensemble de la vieille ville mais aussi parce que le billet d’entrée donnait droit à une boisson !

     

     Nous n’avons pas manqué de flâner sur le port de Mandraki dont l’entrée est balisée par deux piliers : les colonnes du cerf et de la biche.

     

     Le phare Agiou Nikolaou du 15e s. et les trois moulins à vent médiévaux se dressent sur la jetée. Le port est  bordé de grands immeubles datant de la période italienne, qui abritent aujourd’hui les services publics, du théâtre municipal et du nouveau marché. Notre parcours nous mène devant l’office de tourisme dont nous poussons la porte. Quelle bonne idée nous avons eue.  Nous exposons notre projet de film à une charmante guide qui nous arrange deux rendez-vous très prometteurs. Le premier nous permettra, après bien des discussions, de filmer le processus de fabrication de l’ouzo. Sujet hautement intéressant, d’autant qu’on nous propose une dégustation ! Nous avons réussi le tour de force de filmer l’alambic et l’intérieur de la fabrique.

    Le second rendez-vous obtenu, nous amène au théâtre pour une représentation du groupe Chorospito. Il s’agit d’un groupe de musique et de danses folkloriques en habits traditionnels. Le spectacle nous transporte, l’énergie et la sympathie des jeunes gens du groupe nous séduits. L’âme grecque est là, nous la ressentons !

     

     Rhodes est la plus grande île du Dodécanèse avec ses kilomètres de plages et ses monts plantés de pins, ses villages de montagne, ses sites archéologiques, il faut vraiment plusieurs jours pour la visiter. Nous décidons de louer une voiture poussons notre exploration jusqu’à Lindos, un village traditionnel classé dont les ruelles et les arcades rappellent les Cyclades.

     

     Le village est dominé par l’acropole de l’ancienne Lindos, au sommet d’un rocher à 116 m d’altitude et entouré de murailles construites par les chevaliers. L’attraction touristique consiste à y monter à dos d’âne. Nous terminons notre tour en passant par Epta Piges, les sept sources nichées dans les bois, nous nous relaxons le temps d’un déjeuner sur la plage de Tsampika, l’une des plus belles de Rhodes et finissons  notre visite par l’acropole de la Rhodes antique avec le temple d’Apollon, complètement épuisés.

     

     Cette île mythique a tenu ses promesses mais c’est surtout la ville médiévale d’une incroyable beauté, classée au patrimoine culturel mondial de l’UNESCO qui nous a impressionnés. Son seul défaut est qu’elle attire chaque année plus d’un million de visiteurs et qu’il faut se faufiler entre les pièges à touristes et les heures de grande affluence pour en profiter pleinement.

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique